jeudi 17 juin 2010

REPAS DU SARLAC... UNE EXPERIENCE A RENOUVELER


C'est un peu ce qu'il ressort des conversations qui ont animé le repas de soutien au Sarlac, hier soir. Un repas qui a été un succès puisque le préau de l'école, aménagé en raison du mauvais temps, était plein à craquer. Plus de 160 personnes ont ainsi "communié" autour d'un couscous en se serrant les coudes et en écoutant les très bonnes notes de jazz de l'école de musique.
Une soirée voulue par le maire pour témoigner de la volonté des habitants du quartier à vivre dans la paix et la convivialité ; pour soutenir aussi les commerçants de la rue Rouanet qui ont été quelque peu tourmentés ces derniers temps par la malveillance de certains.
Le maire a rappelé dans son intervention, entre la salade et le couscous (excellent, bravo à la famille Abarkane) combien il était attaché à la tranquillité et à la qualité de vie des habitants.. Depuis que ce quartier nouveau est sorti de terre, dans les années 60, la vie y est entrée de toutes parts : le millier d'employés de la Targa, les ressortissants italiens ou espagnols, rapatriés d'Algérie, arrivants du Maghreb et de l'Europe de l'Est, etc... une population très mixte culturellement qui a largement contribué au développement de la ville et qui, pour la majorité, se plaît dans ce quartier.
Le préfet, dont les mots de solidarité, de paix et de concorde semblent être les plus appropriés dans une telle circonstance avait tenu lui aussi à apporter son soutien...
Ce repas pour lequel l'association MOIJEM a prêté main forte en assurant le service, visait à resserrer les liens entre les uns et les autres afin que les gens se parlent entre eux et avec les élus ; il a totalement joué son rôle. Certains habitants et les commerçants seraient heureux que cela se renouvelle plusieurs fois dans l'année.
Il est toutefois à regretter que La Dépêche du Midi, une fois encore ait cru bon de ne pas faire état de la conférence de presse qui avait eu lieu en mairie, durant laquelle étaient expliquées les raisons de ce repas de soutien. On peut se demander pourquoi un tel mépris vis à vis du maire de Moissac et des habitants du Sarlac et dans quel but ?